Les réfugiés: entre urgence du soin et suspension politique

Journée d’études: Comment penser la prise en charge et agir?

24 février 2017,Prog-refugies

9h Ouverture et Etat des lieux

Ouverture d’Antoine Cazé

Introduction au colloque par Elise Pestre  et Olivier Douville

 Conférence inaugurale : Etienne Tassin – La condition migrante

10h 15- Projection de deux films: Blue sky from pain, Moughtareb,

réalisation: Stéphane Mangriotis et Lucile Grantz .

Présentation par Goda Burksaityte  et Davide Giannica

 

11h- Première table ronde- Urgence, trauma et exil

Coordination : Laure Wolmark

Clara Duchet – L’intervention en situation de catastrophe. Oh urgence, suspend ton vol !

Marie Jacob- Faire de l’humanitaire chez soi : les équipes face aux réfugiés en Europe

Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky- Les demandeurs d’asile en consultation de psychotrauma: contraintes de la « réalité cruelle » ou opportunités cliniques

 

14h Deuxième table ronde – Subjectivités en exil et politique(s)

Coordination : Olivier Douville

Catherine Wihtol de Wenden- L’Europe face à la crise de l’accueil des réfugiés

Bertrand Piret- Incidences subjectives de la jouissance du pouvoir d’exclure

Elise Pestre- Revenances fantomales dans les subjectivités de la « jungle »

 

16h- Troisième table ronde – Comment s’extraire de la mise au ban politique? Créativité dans le désordre

Coordination : Catherine Coquio

Philippe Bazin et Christiane Vollaire- Photographie documentaire et philosophie de terrain

Sarah Mekdjian  et Gladeema Nasruddin- Expérimentations d’écritures et de créations hospitalières

Zornitza Zlatanova- La danse comme activité politique allusive. L’expérience du Comede au 104

Christina Alexopoulos- La narrativité, entre psychanalyse et art thérapie

Extraits radiophoniques de « Stalingrad Connection » la Radio collaborative qui s’adresse aux migrants – Omar Karray  .Présentation par Wael Garnaoui

 

 

 

L’objet de la migration (1)

Journée d’étude –La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif

21 Novembre 2016, Salons de l’INALCO

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet & Peter Stockinger

Dans Pnine (1957), Nabokov présente son héros éponyme, un russe émigré, fasciné par les objets de la modernité occidentale, sa maladresse signifiant sa condition d’étranger. Dans les pages finales du roman, le seul bien auquel il tient est mis en danger par un objet « bipède » significativement aigu et lourd, leur collusion incarnant les affects engagés par une situation singulière, celle de l’exil. A la précieuse coupe de Pnine répondent en écho le bol à raser de Sender Roth (Philip Roth, Patrimoine, une histoire vraie,1992), la valise de Sergueï Dovlatov (La valise, 1984), le fauteuil d’Hélène Cixous (Les Rêveries de la femme sauvage, 2000), le costume de Mohammed Saleh (Alaa El Aswany, Chicago, 2007), le sac vert olive de Velibor Colić (Manuel d’exil, 2016), bien d’autres encore entrelaçant expériences personnelles et espaces fictionnels dans un topos de l’exil à la fois pérenne et réactualisé.

Objets emportés, objets donnés, abandonnés, absents, retrouvés ou nouvellement acquis : à l’une et l’autre extrémité de l’expérience du déplacement spatial (la migration) et de ses effets sur le sujet dans la durée (l’exil),  à travers les pays de départ, de transit et d’arrivée, la culture matérielle incarne l’emboitement de tempo

ralités et de territoires. Mis en récit, l’objet devient signe, résiste à l’effacement, porte trace ou patrimoine.  Il s’inscrit ainsi dans un système référentiel plus large incluant medias, musées, cinéma et théâtre, qui participent conjointement à la construction de la figure du migrant/de l’exilé dans l’espace public.

Le programme MIGROBJETS (INALCO) en association avec le programme NON-LIEUX DE L’EXIL voudrait revenir sur les objets de l’exil dans la littérature pour les mettre en lien avec les représentations contemporaines de la migration.

Avec la performance théâtrale SICILIA de Clyde Chabot, compagnie « La communauté inavouable«

en partenariat avec le festival Migrant’scènes / CIMADE)

Programme

Journée d’étude : Salons d’honneur

9h30  Accueil des participants

9h45 Ouverture : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, vice-présidente chargée de la recherche

10h00-11h30  Présidente de séance : Corinne Alexandre Garner (Université Paris Ouest )

  • Catherine Gery (CREE-INALCO): Les objets de l’exil dans le texte-valise de Sergueï Dovlatov
  • Cécile Oumhani (Ecrivaine) : A la recherche du lieu perdu, le tapis
  • Delphine Pagès El Karoui (CERMOM-INALCO): Objets de la migration et fabrique de la nostalgie. Une lecture de Chicago d’Alaa al-Aswany

11h30 Pause-café

11h45-12h45 Présidente de séance : Camilla Maria Cederna (Université de Lille 3) 

  • Catherine Mazauric (CIELAM, Université Aix-Marseille) : La tristesse des meubles : inertie et motion des objets chez Fatou Diome
  • Frosa Pejoska (PLIDAM-INALCO) : Quand le roman devient l’objet du roman de l’étrangéisation lui-même objet de l’exil, Miguel de Unamuno- Comment on fait un roman

13h00-14h30 Déjeuner-buffet (salle 221) fourni par l’association Ile du monde

14h30-15h30  Présidente de séance :   Marie Poinsot (Revue Hommes & Migrations, Musée National de l’Immigration)

  • Nisrine Al Zahre (Enseignante-chercheur) : Le foulard en laine de Mariam, ma grand-mère
  • Mourad Yelles (LACNAD-INALCO): La brocante des identités : objets nomades et fictions post-coloniales dans « La Nuit des origines » (Nourredine Saadi)

15h30 Pause thé

15h45-16h45 Président de séance : Peter Stockinger (PLIDAM-INALCO)

  • Chowra Makaremi (IRIS – CNRS/EHESS): L’objet voulu comme « présence d’une absence », ou les vestiges d’une disparition
  • Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA/ MIGROBJETS-Inalco/NON-LIEUX DE L’EXIL ): L’écho et emboîtement : le système des objets de l’exil

16h45 – 17h15 : Discussions conclusives animées par Marie Poinsot et Peter Stockinger

18h-20h  Salle des plaques: Représentation de Sicilia, de Clyde Chabot (La communauté inavouable) suivie d’une discussion. En collaboration avec le festivalMigrant’scènes / Cimade

La vie psychique, à tout prix. L’effroi peut-il s’élaborer ?

Colloque de la Société Psychanalytique de Paris

samedi 19 novembre 2016, Paris 13è

L’horreur des violences auxquelles nous confronte la succession d’attentats et de tueries en nombre nous soumet à une forme particulière de traumas en continu. L’effet cumulatif des chocs désorganisants court-circuite la temporalité nécessaire aux réaménagements économiques post- traumatiques. L’ampleur de la destructivité agie et l’imprévisibilité des attaques peuvent induire un état de sidération ou d’effroi qui exigera des forces psychiques de résistance et de redéploiement singulières pour ne pas céder à l’abattement ou à la paralysie.

Mais l’effroi peut-il s’élaborer ? Le travail d’après-coup trouvera-t-il sa place dans la continuité des déchirures intrapsychiques infligées, lorsque la temporalité perd sa profondeur, fixée dans l’attente et la crainte des coups à venir, et que nos facultés de penser sont engluées dans le lourd travail psychique de défense de survie face à l’angoisse diffuse en panne de moyens d’anticipation ?

Dans ce contexte, nos idéaux scientifiques, esthétiques et moraux se trouvent bouleversés par les expressions destructrices d’un narcissisme pathologique qui glorifie l’auto et l’hétéro destruction. Dans la collusion entre les idéologies de la terreur et la psychopathologie, le surmoi collectif devient porteur de commandements de transgression et de déchaînement pulsionnel. L’idéal du moi est perverti et détourné au profit d’un moi idéal grandiose d’invincibilité dans la réalisation jouissive des massacres de foules.

Ne pas céder à l’urgence de la rétorsion ou de la réparation, aux contre-agirs de toutes sortes, sans se laisser gagner non plus par le désinvestissement, implique des changements dans notre économie comme dans notre appréhension de la vie.

Comment le travail analytique permettra-il le dégagement des mécanismes de survie et l’élaboration du trauma au profit d’une économie et d’une dynamique de vie pour relancer la vie psychique et la réinscrire dans le temps et la relation à l’autre ? L’urgence pour les psychanalystes se situe là : la vie psychique, avant tout, malgré tout, à tout prix.

COLLOQUE DE LA SPP
LA VIE PSYCHIQUE, À TOUT PRIX PROGRAMME

MATIN : 08h30 – 12h45

08h30 : Accueil des participants
09h00 – 09h20 Film : 90 ans de SPP. Les débuts de la SPP en 1926

09h20 – 09h45 OUVERTURE DU COLLOQUE

Allocution de Denys RIBAS, Président de la Société Psychanalytique de Paris Présentation du colloque : Évelyne CHAUVET, Secrétaire scientifique

09h45 – 10h45 Introduction : L’URGENCE ET LE TEMPS

Président de séance : Laurent DANON-BOILEAU (SPP)
Pr Thierry BEAUBET (Hôpital Avicenne), Patrice LORAUX, philosophe

10h45 – 11h05 PAUSE

11h05 – 12h35 LA VIE PSYCHIQUE MALGRE TOUT

Président de séance : Thierry BOKANOVSKI (SPP)
Robert ASSÉO (SPP), René ROUSSILLON (SPP), Jean-Claude STOLOFF (SPRF)

12h35 – PAUSE DÉJEUNER
14h00 – 15h30 REDÉPLOIEMENTS

Présidente de séance : Françoise COBLENCE (SPP)
Jacques ANDRÉ (APF), Michel GRANEK (SPI), Isabelle MARTIN-KAMIENIAK (SPP)

15h30 – 15h50 PAUSE

15h50 – 17h20 AMOUR DE LA VÉRITÉ ET PERVERSION DES IDÉAUX

Président de séance : Jean-Louis BALDACCI (SPP)
Catherine CHABERT (APF), Gilbert DIATKINE (SPP), Patrick GUYOMARD (SPF)

17h20 – 18h10 Julia Kristeva (SPP) : « INTERPRÉTER LE MAL RADICAL » 18h10 –18h25 Conclusions : Denys RIBAS

18h30 FIN DU COLLOQUE

La voix, la langue maternelle et la parole

 

Séminaire « Anthropologie et Psychologie » 2014-2015 : La voix, la langue maternelle et la parole

Lundi 4 mai 2015 : Approches psychanalytiques de la voix

 -Marie-Caroline Saglio-YatzimirskyLa voix blanche (9h-11h)

Rencontre avec Marie-France CastarèdeLa voix et ses sortilèges (11h-13h)

Lundi 1er juin 2015 : Langue et parole dans la clinique de l’exil

 -Discussion animée par Raffaela Cucciniello (9h-12h) :

Elise Pestre – Subjectivité et rapport à la langue maternelle dans la clinique de l’expatriation

Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky   Parole de l’Autre, autre langue : clinique avec des demandeurs d’asile

EHESS, 105 bd Raspail 75006, salle 8 ; Entrée libre

anthropologie, psychologie, psychanalyse: recherche et clinique