La vie psychique, à tout prix. L’effroi peut-il s’élaborer ?

Colloque de la Société Psychanalytique de Paris

samedi 19 novembre 2016, Paris 13è

L’horreur des violences auxquelles nous confronte la succession d’attentats et de tueries en nombre nous soumet à une forme particulière de traumas en continu. L’effet cumulatif des chocs désorganisants court-circuite la temporalité nécessaire aux réaménagements économiques post- traumatiques. L’ampleur de la destructivité agie et l’imprévisibilité des attaques peuvent induire un état de sidération ou d’effroi qui exigera des forces psychiques de résistance et de redéploiement singulières pour ne pas céder à l’abattement ou à la paralysie.

Mais l’effroi peut-il s’élaborer ? Le travail d’après-coup trouvera-t-il sa place dans la continuité des déchirures intrapsychiques infligées, lorsque la temporalité perd sa profondeur, fixée dans l’attente et la crainte des coups à venir, et que nos facultés de penser sont engluées dans le lourd travail psychique de défense de survie face à l’angoisse diffuse en panne de moyens d’anticipation ?

Dans ce contexte, nos idéaux scientifiques, esthétiques et moraux se trouvent bouleversés par les expressions destructrices d’un narcissisme pathologique qui glorifie l’auto et l’hétéro destruction. Dans la collusion entre les idéologies de la terreur et la psychopathologie, le surmoi collectif devient porteur de commandements de transgression et de déchaînement pulsionnel. L’idéal du moi est perverti et détourné au profit d’un moi idéal grandiose d’invincibilité dans la réalisation jouissive des massacres de foules.

Ne pas céder à l’urgence de la rétorsion ou de la réparation, aux contre-agirs de toutes sortes, sans se laisser gagner non plus par le désinvestissement, implique des changements dans notre économie comme dans notre appréhension de la vie.

Comment le travail analytique permettra-il le dégagement des mécanismes de survie et l’élaboration du trauma au profit d’une économie et d’une dynamique de vie pour relancer la vie psychique et la réinscrire dans le temps et la relation à l’autre ? L’urgence pour les psychanalystes se situe là : la vie psychique, avant tout, malgré tout, à tout prix.

COLLOQUE DE LA SPP
LA VIE PSYCHIQUE, À TOUT PRIX PROGRAMME

MATIN : 08h30 – 12h45

08h30 : Accueil des participants
09h00 – 09h20 Film : 90 ans de SPP. Les débuts de la SPP en 1926

09h20 – 09h45 OUVERTURE DU COLLOQUE

Allocution de Denys RIBAS, Président de la Société Psychanalytique de Paris Présentation du colloque : Évelyne CHAUVET, Secrétaire scientifique

09h45 – 10h45 Introduction : L’URGENCE ET LE TEMPS

Président de séance : Laurent DANON-BOILEAU (SPP)
Pr Thierry BEAUBET (Hôpital Avicenne), Patrice LORAUX, philosophe

10h45 – 11h05 PAUSE

11h05 – 12h35 LA VIE PSYCHIQUE MALGRE TOUT

Président de séance : Thierry BOKANOVSKI (SPP)
Robert ASSÉO (SPP), René ROUSSILLON (SPP), Jean-Claude STOLOFF (SPRF)

12h35 – PAUSE DÉJEUNER
14h00 – 15h30 REDÉPLOIEMENTS

Présidente de séance : Françoise COBLENCE (SPP)
Jacques ANDRÉ (APF), Michel GRANEK (SPI), Isabelle MARTIN-KAMIENIAK (SPP)

15h30 – 15h50 PAUSE

15h50 – 17h20 AMOUR DE LA VÉRITÉ ET PERVERSION DES IDÉAUX

Président de séance : Jean-Louis BALDACCI (SPP)
Catherine CHABERT (APF), Gilbert DIATKINE (SPP), Patrick GUYOMARD (SPF)

17h20 – 18h10 Julia Kristeva (SPP) : « INTERPRÉTER LE MAL RADICAL » 18h10 –18h25 Conclusions : Denys RIBAS

18h30 FIN DU COLLOQUE

La voix, la langue maternelle et la parole

 

Séminaire « Anthropologie et Psychologie » 2014-2015 : La voix, la langue maternelle et la parole

Lundi 4 mai 2015 : Approches psychanalytiques de la voix

 -Marie-Caroline Saglio-YatzimirskyLa voix blanche (9h-11h)

Rencontre avec Marie-France CastarèdeLa voix et ses sortilèges (11h-13h)

Lundi 1er juin 2015 : Langue et parole dans la clinique de l’exil

 -Discussion animée par Raffaela Cucciniello (9h-12h) :

Elise Pestre – Subjectivité et rapport à la langue maternelle dans la clinique de l’expatriation

Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky   Parole de l’Autre, autre langue : clinique avec des demandeurs d’asile

EHESS, 105 bd Raspail 75006, salle 8 ; Entrée libre

Journées SIP 2014 – Avignon – 1er au 4 octobre 2014 – MIGRANTS

Le phénomène migratoire existe en tout lieu et de tout temps. Migrations externes et internes, définitives ou non, ont des
motifs divers : pauvreté endémique, crises économiques et sociales, guerres… Mais on peut aussi quitter son pays pour des raisons professionnelles, affectives, pour étudier ou s’engager dans une cause humanitaire ou politique… Valorisée dans certains pays et à certaines époques, la position de migrant est aujourd’hui volontiers dépréciée par les pouvoirs politiques. Pourtant, on sait combien le bilinguisme et l’expérience transculturelle peuvent être enrichissants.
La psychiatrie est interpellée quand la migration est traumatique du fait des conditions du départ, mais aussi des conditions de l’accueil et de l’inscription dans les divers espaces sociaux : école, lieu de travail, etc. De manière récente, de nombreuses études épidémiologiques, mais aussi la clinique au quotidien, montrent l’incidence pathogène de la migration dans la construction des pathologies psychiatriques les plus graves, chez l’enfant comme chez l’adulte.
L’étude de la psychopathologie et le traitement du migrant sont inséparables d’une analyse clinique, sociologique, politique, anthropologique. L’ambition de ce congrès est de rassembler des chercheurs et des praticiens dans ces divers domaines, afin de préciser quand et de quelle façon la psychiatrie a sa place dans le traitement des troubles psychiques liés à la migration.

PROGRAMME sur http://www.inscrivez-moi.fr/spip.php?article60

anthropologie, psychologie, psychanalyse: recherche et clinique