L’objet de la migration (1)

Journée d’étude –La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif

21 Novembre 2016, Salons de l’INALCO

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet & Peter Stockinger

Dans Pnine (1957), Nabokov présente son héros éponyme, un russe émigré, fasciné par les objets de la modernité occidentale, sa maladresse signifiant sa condition d’étranger. Dans les pages finales du roman, le seul bien auquel il tient est mis en danger par un objet « bipède » significativement aigu et lourd, leur collusion incarnant les affects engagés par une situation singulière, celle de l’exil. A la précieuse coupe de Pnine répondent en écho le bol à raser de Sender Roth (Philip Roth, Patrimoine, une histoire vraie,1992), la valise de Sergueï Dovlatov (La valise, 1984), le fauteuil d’Hélène Cixous (Les Rêveries de la femme sauvage, 2000), le costume de Mohammed Saleh (Alaa El Aswany, Chicago, 2007), le sac vert olive de Velibor Colić (Manuel d’exil, 2016), bien d’autres encore entrelaçant expériences personnelles et espaces fictionnels dans un topos de l’exil à la fois pérenne et réactualisé.

Objets emportés, objets donnés, abandonnés, absents, retrouvés ou nouvellement acquis : à l’une et l’autre extrémité de l’expérience du déplacement spatial (la migration) et de ses effets sur le sujet dans la durée (l’exil),  à travers les pays de départ, de transit et d’arrivée, la culture matérielle incarne l’emboitement de tempo

ralités et de territoires. Mis en récit, l’objet devient signe, résiste à l’effacement, porte trace ou patrimoine.  Il s’inscrit ainsi dans un système référentiel plus large incluant medias, musées, cinéma et théâtre, qui participent conjointement à la construction de la figure du migrant/de l’exilé dans l’espace public.

Le programme MIGROBJETS (INALCO) en association avec le programme NON-LIEUX DE L’EXIL voudrait revenir sur les objets de l’exil dans la littérature pour les mettre en lien avec les représentations contemporaines de la migration.

Avec la performance théâtrale SICILIA de Clyde Chabot, compagnie « La communauté inavouable«

en partenariat avec le festival Migrant’scènes / CIMADE)

Programme

Journée d’étude : Salons d’honneur

9h30  Accueil des participants

9h45 Ouverture : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, vice-présidente chargée de la recherche

10h00-11h30  Présidente de séance : Corinne Alexandre Garner (Université Paris Ouest )

  • Catherine Gery (CREE-INALCO): Les objets de l’exil dans le texte-valise de Sergueï Dovlatov
  • Cécile Oumhani (Ecrivaine) : A la recherche du lieu perdu, le tapis
  • Delphine Pagès El Karoui (CERMOM-INALCO): Objets de la migration et fabrique de la nostalgie. Une lecture de Chicago d’Alaa al-Aswany

11h30 Pause-café

11h45-12h45 Présidente de séance : Camilla Maria Cederna (Université de Lille 3) 

  • Catherine Mazauric (CIELAM, Université Aix-Marseille) : La tristesse des meubles : inertie et motion des objets chez Fatou Diome
  • Frosa Pejoska (PLIDAM-INALCO) : Quand le roman devient l’objet du roman de l’étrangéisation lui-même objet de l’exil, Miguel de Unamuno- Comment on fait un roman

13h00-14h30 Déjeuner-buffet (salle 221) fourni par l’association Ile du monde

14h30-15h30  Présidente de séance :   Marie Poinsot (Revue Hommes & Migrations, Musée National de l’Immigration)

  • Nisrine Al Zahre (Enseignante-chercheur) : Le foulard en laine de Mariam, ma grand-mère
  • Mourad Yelles (LACNAD-INALCO): La brocante des identités : objets nomades et fictions post-coloniales dans « La Nuit des origines » (Nourredine Saadi)

15h30 Pause thé

15h45-16h45 Président de séance : Peter Stockinger (PLIDAM-INALCO)

  • Chowra Makaremi (IRIS – CNRS/EHESS): L’objet voulu comme « présence d’une absence », ou les vestiges d’une disparition
  • Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA/ MIGROBJETS-Inalco/NON-LIEUX DE L’EXIL ): L’écho et emboîtement : le système des objets de l’exil

16h45 – 17h15 : Discussions conclusives animées par Marie Poinsot et Peter Stockinger

18h-20h  Salle des plaques: Représentation de Sicilia, de Clyde Chabot (La communauté inavouable) suivie d’une discussion. En collaboration avec le festivalMigrant’scènes / Cimade