Tous les articles par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky

Séminaire Anthropologie et Psychologie : Bibliographie

 

Textes fondamentaux

Augé, M. Herzlich, C. (eds.), Le Sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie de la maladie , paris, 1984, Editions des Archives contemporaines

Augé, M. (1986), L’anthropologie de la maladie, L’Homme, t. 26, n°97-98 : 81-90

Descola, P. (2005), Par-delà Nature et Culture, Gallimard

Foucault, M. (1954, 12001), Maladie mentale et psychologie, PUF, Quadridge

Laplantine, F (1986), Anthropologie de la Maladie, Paris, Payot.

Latour, B. (2012), Enquête sur les modes d’existence, Une anthropologie des Modernes, Paris, La Découverte

Mauss, M. (1926, 1991) Effets physiques chez l’individu de l’idée de mort suggérée par la collectivité (Australie, Nouvelle-Zélande), Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF

1er axe :   anthropologie et psychiatrie

Bastide R. (1968), Psychiatrie sociale et ethnologie, Bastidiana 1997 ; n° 17-18 : 41-59

Bastide R.(1972), Le rêve, la transe et la folie. Paris, Flammarion

Bourguignon E. (1979), Psychological anthopology, An introduction to human nature and cultural difference, New York, Holt, Rinehart &Winston

Castel, P.-H. (2012), La Fin des coupables, suivi de Le Cas Paramord

vol. II : Obsessions et contrainte intérieure, de la psychanalyse aux neurosciences, Paris, Ed. d’Ithaque

Corcos, M. (2011), L’homme selon le DSM, le nouvel ordre psychiatrique, Paris, Albin Michel

*Hahn, R. A., (1984),  “Rethinking ‘Illness’ and ‘Disease’”, Contributions to Asian Studies, 18 : 1- 23

*Hell, B. (1999), Possession et Chamanisme, Paris, Flammarion

*Kleinman, A. (1987), Anthropology and psychiatry, The role of culture in cross-cultural research on illness, British Journal of Psychiatry , Oct.151:447-54

Kleinman, A. & Good B. (eds.)  (1985), Culture and depression : studies in the anthropology and cross-cultural psychiatry of affect and disorder,  University of California Press

Kleinman, A. (1988), The Illness Narratives: Suffering, Healing, and the Human Condition, Basic Books

Lanteri-Laura, G. (1983), La sémiologie psychiatrique: son évolution et son état en1982,  L’évolution psychiatrique72 (2007) : 747–770

Littlewood, R. (1996) Cultural comments on culture bound syndromes: 1. In Culture and

Psychiatric Diagnosis: A DSM–IV Perspective,  Mezzich, J. et alii (eds): 309-312. Washington, DC: APA

*Littlewood, R. (2001), Nosologie et classifications psychiatriques selon les cultures : les « syndromes liés à la culture », l’Autre, vol 2, n°3

Watters, E., Crazy Like Us (2010), The Globalization of the American Psyche, Free Press

*Zempleni, A. (1988) Entre sickness et illness: de la socialisation à l’individualisation de la maladie, Social Science and Medicine, 27

Axe 2 : anthropologie médicale et psychanalyse

Devereux, G. (1972) Ethnopsychanalyse complémentariste. Paris , Flammarion

*Devereux, G. (1970) Essais d’ethnopsychiatrie générale. Paris , Gallimard

Devereux, G. (1980, 2012), De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion

Freud, S. (1913, 2001) Totem et tabou, Paris, Payot, coll. Petite Bibliothèque Payot

Freud, S. (1920, 1981) Essais de Psychanalyse, Paris, Payot.

Freud, S (1919, 1985), L’inquiétante étrangeté et autres essais, Folio essais.

Obeyesekere, G. (1990), The Work Of Culture : Symbolic Transformation In Psychoanalysis And Anthropology, University of Chicago Press

*Rechtman, R. (1996). Anthropologie et psychanalyse : un débat hors sujet ? Journal des

anthropologues, n°64-65 : 65-86

Roheim, G, (1967), Psychanalyse et anthropologie, Gallimard

Richard F. (2003),
Psychanalyse et anthropologie aujourd’hui : mythe, complexe d’œdipe et processus de subjectivation, Revue Topique,  84 : 89-102

Smadja E. (2009), Le complexe d’Œdipe, cristallisateur du débat anthropologie/psychanalyse, PUF

Axe 3 : L’action thérapeutique

*Lévi Strauss, C (1949), L’efficacité symbolique, Revue de l’histoire des religions, Vol 135 , pp. 5-27

*Kleinman, A (1980), Patients and healers in the context of culture : an exploration of the borderland between anthropology, medicine, and psychiatry,  University of California Press

Asie du Sud

Assayag, J, Tarabout, G. (dir.) (2000), La Possession en Asie du Sud parole, corps, territoire, Purusartha,  21 , Ed. EHESS

Boni, L. (dir.) (2012), L’Inde et la Psychanalyse, Paris, Ed. Campagne Première

Kakar, S (1982), Shamans, Mystics, And Doctors: A Psychological inquiry into India and its Healing  Traditions, New York, A.Knopf

Kakar, S (1996), Culture and Psyche, Selected Essays,Delhi, Oxford University Press

Obeyesekere, G. (1981), Medusa’s Hair : An Essay On Personal Symbols And Religious Experience, University of Chicago Press

Sebastia, B. (2009), 2009  Restoring Mental Health in India. Pluralistic Approaches. Pluralistic therapies and concepts, New Delhi, Oxford University Press

La fin des coupables suivi de le cas paramord

Pourquoi implante-t-on aujourd’hui de minuscules électrodes dans le cerveau de certains « obsessionnels-compulsifs » ? Qu’est-il arrivé à la « névrose obsessionnelle » inventée par Freud ? Où donc est passé le vieux « surmoi » ? Questions étranges, parce qu’elles semblent monter en épingle un épisode infime de l’histoire de la psychiatrie, loin des graves soucis des philosophes pour la folie. Au contraire : elles se tiennent au ras des souffrances secrètes d’un nombre immense de gens normaux, mais angoissés, portés à douter de tout, l’esprit traversé par des obsessions bizarres, et dont la vie est gâchée par de petits rituels dérisoires (vérification, symétrie, etc.).

La réponse se déploie entre deux récits de cure psychanalytique, livrés avec une exceptionnelle richesse de détails : celle d’un patient de Freud, « l’Homme aux rats », en 1907, à Vienne, et celle d’un de nos contemporains, « Paramord ». On y découvre combien devoir assumer subjectivement certains actes (sexuels mais pas seulement) peut devenir un supplice horrible. On y découvre aussi combien la contrainte à agir et à être soi-même aura été une pierre de touche de l’identité de l’individu dans la modernité. Car, de Freud à l’âge de l’esprit-cerveau, le sens de l’intériorité morale et psychiquea profondément changé. Et ce que nous ne pouvons pas nous empêcher de faire ou de penser, et qui nous obsède, révèle le coût exorbitant de nos idéaux d’« autonomie ».

Pierre-Henri Castel conclut ici son enquête dans le labyrinthe du XXe siècle. Pourquoi être « civilisé » a pu paraître à ce point odieux à ceux qui ont préféré la barbarie totalitaire ? De quoi souffrait Kafka ? Le conformisme menace-t-il la démocratie ? Pour qui les thérapies cognitivo-comportementales furent-elles inventées ? Comment, enfin, la culpabilité excessive, creuset de l’individuation personnelle en Occident, s’est-elle muée en dysfonction cérébrale ? Pessoa et Canetti, Arendt et Adorno, Melanie Klein, Eysenck et Lacan nous guident et, avec eux, les témoignages poignants d’une foule d’obsédés anonymes.

Titre La Fin des coupables suivi de Le Cas Paramord: Volume 2, Obsessions et contrainte intérieure de la psychanalyse aux neurosciences
Auteur Pierre-Henri Castel
Editeur Ithaque, 2012
ISBN 2916120327, 9782916120324
Lien Lien vers l’éditeur

Pierre-Henri Castel présente son ouvrage dans cette vidéo (réalisation : Fred Mainçon, Editions d’Ithaque).

Séminaire AFA: Anthropologie, psychanalyse et politique

Désirs d’éthiques ou besoin de normes ? Anthropologie et éthique

Jeudi 22 novembre 2012  

9h45-18h30

Maison Suger : 16 – 18 rue Suger ; Paris 6° (RER Saint-Michel)

Cette année, nous invitons les auditeurs du séminaire à venir assister et participer à la journée d’étude annuelle de l’association française des anthropologues. Intitulée « désirs d’éthiques ou besoin de normes, anthropologie et éthique », elle se tiendra à la maison Suger le jeudi 22 novembre, de 9h45 à 16h30.

Le constat du développement de comités d’éthiques requis par les instances de financement et d’évaluation de la recherche ainsi que de chartes de bonnes pratiques dont se dotent nombre d’associations professionnelles en sciences sociales a conduit l’AFA à organiser une journée pour interroger ce désir d’éthiques. Un numéro du Journal des anthropologues de 1993 avait déjà interrogé l’« éthique professionnelle » en la mettant en rapport avec l’expérience de terrain. Faisant remarquer que « l’usage du terme « éthique » s’était trouvé banalisé par le développement de la bioéthique », Nicole Échard montrait comment l’éthique professionnelle, bien que se constituant aux deux niveaux de l’individu et de la communauté sociale, relevait surtout de la responsabilité du chercheur. Elle était liée à la réflexivité. Quant aux questions que soulève la pratique d’une anthropologie institutionnelle, mobilisant des prises de position vis-à-vis des sujets de l’enquête, elles étaient posées dans les termes du politique.

Aujourd’hui, s’interroger sur l’emprise de l’éthique dans les sciences sociales, c’est poser la question du contrôle des recherches scientifiques, de leur soumission à des normes éthiques édictées par les instances politiques et à la formalisation que ces normes entraînent. C’est aussi interroger l’épistémologie et les méthodes du terrain de l’anthropologie. Les intervenants invités à cette journée pourront s’appuyer sur des études de cas qui montrent les conséquences, sur le terrain, du passage par l’éthique normative mais la réflexion devra également prendre en considération les autres questions évoquées ci-dessus.

L’Homme selon le DSM

DSM CorcosSe référant aveuglément au DSM américain, manuel statistique et diagnostique des troubles mentaux, un courant majoritaire de la psychiatrie française se contente désormais d’additionner des faits plutôt que de d’interroger la façon dont les symptômes s’articulent avec l’histoire des patients. On étiquette un adulte ou un enfant, on impute son trouble à tel dysfonctionnement du système nerveux, on administre un traitement. Et, croyant délimiter le normal et le pathologique, on ne cesse d’élargir les catégories de la maladie mentale… Déshumanisant la médecine, cette idéologie, répandue avec la bénédiction des pouvoirs publics à qui elle offre un moyen efficace de renforcer les contrôles gestionnaires, déshumanise aussi l’homme. Maurice Corcos dénonce les failles et les dérives de ce système incapable de s’appuyer sur tout ce qui, dans la diversité de l’humain, fait sa force derrière sa fragilité. Que deviennent les sujets qui n’entrent pas dans les bonnes cases ? À quoi s’expose-t-on en médicalisant de plus en plus d’états de l’âme ? Qui sont les « experts » qui définissent le normal et le pathologique et quels sont leurs liens éventuels avec certains laboratoires pharmaceutiques ? Ce livre ouvre les yeux sur le triomphe d’une science classificatoire qui est elle-même le symptôme d’une société malade. Le Pr Maurice Corcos, psychiatre et psychanalyste, dirige le département de psychiatrie de l’adolescent et du jeune adulte de l’Institut mutualiste Montsouris de Paris.

 

Titre L’ Homme selon le DSM : Le nouvel ordre psychiatrique
Auteur Maurice Corcos
Editeur Albin Michel, 2011
ISBN 2226267433, 9782226267436
Lien Lien vers l’éditeur

Séminaire Anthropologie et Psychologie : Programme 2012-13

2012-13. Axe 1 : Anthropologie et psychiatrie

Coordinatrices : Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (INALCO, EHESS), Pascale Haag (EHESS)

Présentation

Ce séminaire a pour objectif de rassembler des chercheurs et des praticiens partageant les problématiques liées à la rencontre entre anthropologie et psychologie. Il comporte trois axes de recherche principaux : l’articulation entre anthropologie médicale et psychiatrie d’une part et entre anthropologie médicale et psychanalyse de l’autre, et enfin, les modalités de l’action thérapeutique, notamment à travers des questionnements sur la relation entre patient et soignant.

Partant du fait que les classifications modernes des maladies mentales par la psychiatrie se sont heurtées à des phénomènes pathologiques propres à une aire culturelle donnée, remettant en cause leur validité universelle, il s’agira d’interroger et, si possible, d’amener à se rencontrer des univers de croyances qui s’ignorent généralement, entre pratiques institutionnelles et techniques de soins traditionnelles.

Calendrier

Les lundis 3 décembre 2012, 7 janvier, 4 février et 3 juin 2013 de 9 h à 13 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris). Une journée d’étude se tiendra le 8 avril de 9 h à 13 h et de 14 h 30 à 18 h 30 (salle du conseil B, R-1, bât. Le France, 190 av de France 75013 Paris)

Lundi 3 décembre : Comment l’Occident  interroge la maladie mentale « ailleurs »

– Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky  (Anthropologue, psychologue clinicienne, Professeur INALCO, CEIAS-EHESS)     Introduction : Anthropologie-Psychologie, nouvel avatar d’une rencontre complexe et nécessaire 

Pierre-Henri  Castel (Philosophe et Historien, Psychanalyste, Directeur de recherches CERMES 3) – Comment faire pour voir nos symptômes partout: le cas des obsessions-compulsions 

Lundi 7 janvier : Qualifier la maladie des autres ?

-Yolande  Govindama (Psychologue clinicienne, psychanalyste, Professeur Université de Rouen) – Culture -rites de passage- et psychisme. 

 – Thierry Baubet (Professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Université Paris 13,  Service de Psychiatrie, Hôpital Avicenne) et Charles Di  (Philosophe, psychologue clinicien, CHU Avicenne, CHU Cochin) –  Pour en finir avec les culture-bound syndromes.

 Lundi 4 Février : Possession et transe à l’articulation de la psychiatrie et des soins traditionnels religieux

-Helen Basu (Anthropologue, Professeur Munster University)- Sorcery, mental illness and personhood in India (titre provisoire).

-Documentaire de Helen Basu- Drugs and Prayers – Indian Psychiatry in the realm of Saints, Discussion avec la participation de Thierry Baubet (Professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Université Paris 13, Service de Psychiatrie, Hôpital Avicenne) – Le psychiatre, le possédé, et le cosmos  

-Serena Bindi (Anthropologue, Maître de Conférences Université Paris 5) Between suffering and being healed. Some reflexions on the experience of possession in Uttarakhand

 Lundi 8 avril : Pourquoi la culture est-elle si importante dans la pratique psychiatrique ? La clinique avec les migrants

Journée d’étude (9h-18h), salle 640-641, bât. Le France, 190 av de France 75013 Paris

-Rachid Bennegadi (Psychiatre anthropologue, Centre Françoise Minkowska, Secrétaire Général de la Section Transculturelle de l’Association Mondiale de Psychiatrie centre Minkowska)– Comment en finir avec la transe culturelle: l’éloge de la compétence culturelle. 

-Stéphanie Larchanché (Anthropologue, Coordinatrice de l’enseignement et de la recherche au centre François Minkowska, IRIS)- L’anthropologue dans la clinique/ décentrage et contre-transfert

-Richard Rechtman (Anthropologue, Psychiatre des hôpitaux, Directeur d’études à l’EHESS, Directeur-adjoint de l’IRIS. Directeur du Labex TEPSIS)- Faut-il un anthropologue dans la clinique?

Raffaela Cucciniello (Anthropologue, Psychologue clinicienne, CMP Paris 18è) – Propositions pour une approche systémique interculturelle (titre provisoire)

-Françoise Sironi (Psychologue – Psychothérapeute, Maître de Conférences – Université Paris 8, Expert près la Cour d’Appel de Paris, Expert près la Cour Pénale Internationale de La Haye)- L’action thérapeutique (titre provisoire).

-Thierry Baubet (Professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Université Paris 13, Service de Psychiatrie, Hôpital Avicenne) – L’école d’Avicenne : à quoi sert un tel dispositif, à quoi il ne sert pas. 

 Lundi  3 juin.  Les déterminants culturels dans les troubles de la personnalité

 -Firouzeh Mehran (Docteur en psychologie, Psychologue clinicienne, Membre certifié de l’Academy of Cognitive Therapy) – Les aspects universels de la thérapie des schémas de Young.

Pascale Haag (Maître de conférence à l’EHESS, IRIS) – Les schémas précoces inadaptés dans la recherche clinique actuelle : les orientations et les finalités varient-elles selon les aires culturelles ?

Conclusion : Bilan du séminaire et projets