Compte-rendu séminaire EHESS 2012-2013

Compte-rendu du séminaire anthropologie et psychologie, 2012-2013 

Le séminaire  s’est organisé en cinq séances dont une journée d’étude autour du premier axe de notre questionnement, la rencontre entre les classifications occidentales des maladies mentales issues de la psychiatrie et les phénomènes pathologiques « ailleurs » – en l’occurrence dans le monde indien – relevant de techniques de soins traditionnelles. La première séance s’est présentée comme une introduction générale à cette problématique  par les coordinatrices puis par P.-H. Castel, nous mettant en garde sur la difficulté de rendre compte de phénomènes culturels distincts et nous invitant à nous interroger sur nos techniques d’universalisation  En effet, la pluralité des modèles occidentaux pour approcher le symptômes (modèles biologique, moral et épistémologique) conditionnerait nos représentations et catégorisations de la manifestations de la maladie ailleurs.

Dans une seconde séance, nous avons souhaité revenir sur la notion des syndromes liés à la culture propre au DSM-IV, qui pose de nombreux problèmes théoriques et pratiques. T. Baubet et C. Di sont ainsi revenus sur le risque de la réification des diagnostics ethnocentrés lors du traitement de la maladie ailleurs qu’en Occident. La discussion est articulée à la parution imminente du DSM-V (mai 2013). Y. Govindama a illustré l’application du modèle culturel hindou pour interroger la fonction universelle des rites de passage  dans le monde réunionnais.

Notre troisième séance (en anglais) a réuni trois anthropologues pour décliner la possession et la transe (classés comme « syndromes liés à la culture » dans le DSM-IV)  à l’articulation de la psychiatrie et des soins traditionnels religieux. Nos invitées, H. Basu (Munster University, financée par une aide EHESS), B. Sébastia (Institut français de Pondichéry) et S. Bindi (Paris 5) ont proposé leurs réflexion à partir de leurs terrains actuels dans des lieux de soin traditionnel en Inde (temple du Gujarat, sanctuaire du Tamil Nadu, village d’Uttarakhand), où il est question de soigner ou d’expérimenter la possession. La séance s’est accompagnée de la projection de leurs films documentaires.

Notre journée d’étude du 8 avril 2013 a réuni une quarantaine de praticiens cliniciens, psychiatres et anthropologues autour de la clinique avec les migrants. Celle-ci engage spécifiquement la question de l’altérité et celle de l’identité au prisme des dispositifs singuliers de la culture. L’ethnopsychiatrie s’est ainsi élaborée au risque de substantiver les cultures et de réduire l’espace de jeu qu’offre le rapport à l’autre. Cela nous amène à nous poser plusieurs questions sur l’apport du questionnement anthropologique à la clinique, qui peut consister en une  grille d’intelligibilité, une posture, plutôt qu’un savoir. Enfin la dimension politique a un impact qu’on ne peut ignorer sur le dispositif clinique.  Nous avons organisé un dialogue entre des représentants de différentes approches cliniques de cette problématique. Outre l’introduction de l’anthropologue S. Larchanché sur le décentrage et le contre-transfert nécessaires à la clinique transculturelle, ce sont des praticiens qui sont intervenus : deux psychologues (R. Cucciniello et F. Sironi)  et trois psychiatres anthropologues (R. Rechtman, R. Bennegadi  et T. Baubet).

Dans la dernière séance de notre séminaire nous avons présenté une autre approche clinique relevant des techniques cognitivistes et comportementalistes, celle de la thérapie des schémas de J. Young, et cela dans son articulation avec la culture. La psychologue Firouzeh Mehran, spécialisée dans les troubles de la personnalité et qui a été choisie par J. Young comme sa représentante en France pour l’approche de la thérapie des schémas, a présenté les fondements théoriques de cette pratique en les illustrant de vignettes cliniques. Pascale Haag a présenté les grandes orientations de recherches actuelles sur les schémas précoces inadaptés à l’échelle mondiale.